18.06.2024

3 minutes of reading

FacebookTwitterLinkedInImprimer

Mardi 18 juin 2024 - 9h00   

  Voir le Replay  :


Le secteur des transports routiers représente environ 21 % des émissions de CO2 à l’échelle européenne. Ce secteur doit, de ce fait, accélérer sa mutation pour réduire son empreinte carbone, mais aussi pour satisfaire des normes environnementales de plus en plus sévères.
L’Union européenne a acté l’objectif de zéro émission de CO2 pour les nouveaux véhicules particuliers et utilitaires légers en 2035. Pour les poids lourds, elle a proposé une réduction drastique de 90 % des émissions de CO2 à horizon 2040 pour les véhicules neufs.

Dans ce contexte, les différents pays européens élaborent leur trajectoire vers une mobilité décarbonée.  Pour les véhicules neufs, l’électrification tend à devenir la solution prépondérante tant pour les véhicules particuliers que pour les poids lourds. Toutefois, pour décarboner le secteur dès maintenant et compte tenu du rythme de remplacement des parcs existants, des voies complémentaires (biocarburants avancés, carburants de synthèse, hydrogène) sont envisagées.

Les questions suivantes ont été abordées à la table ronde :

  • Mobilités électrique, hydrogène ou biosourcée : quels usages et temporalité pour leur déploiement ?
  • Quels enjeux pour l’électrification du transport routier ?
  • Quelle place pour le rétrofit ? 
  • Quel rôle pour les carburants alternatifs dans les transports routiers et le off-road ? 
  • Quels impacts de ces nouvelles solutions sur l’industrie ?
     

Avec la participation de : 
Marc Lejeune, Directeur Business Intelligence, Renault Trucks
Gaëtan Monnier, Directeur du centre de résultats Mobilité, IFPEN
António Pires da Cruz, Responsable de programme, IFPEN
Philippe Schulz, Directeur des partenariats technologiques amont, Ampère
Mathieu Soulas, Directeur Nouvelles Mobilités, TotalEnergies 

Ouverture par Pierre-Franck Chevet, Président, IFPEN
Animée par Mickaele Le Ravalec, Directrice Économie et Veille, IFPEN