05.04.2018

10 minutes of reading

FacebookTwitterLinkedInPrint

L'analyse d'IFPEN

Le prix du pétrole atteint 66,9 $/b au premier trimestre en progression de 5 $/b par rapport au trimestre précédent. Il a évolué entre 62 et 71 $/b reflet des forces d’influence divergentes sur le marché. La faiblesse des marchés financiers ou la hausse de l’offre américaine ont pesé à la baisse sur le prix. À l’inverse, la cohésion Opep, les inquiétudes sur l’offre pétrolière ou les tensions au Moyen-Orient ont eu pour effet de soutenir les cours. Cette pression est favorisée par l’élimination des excédents de stocks et par le rééquilibrage attendu du marché en 2018.


Une volatilité entre 60 et 70 $/b au 1er trimestre

La volatilité du prix au 1er trimestre reflète les influences de plusieurs facteurs (Fig. 1). La moyenne relativement élevée de 69 $/b du mois de janvier résulte ainsi de la politique Opep mais aussi des interrogations sur la croissance de l’offre américaine qui semblait montrer des signes d’essoufflement. La relance de la production en février a remis en cause cette idée et a contribué au recul du prix du Brent.

Mais ce sont surtout les interrogations sur la solidité de la croissance mondiale qui ont initié une forte correction à la baisse du prix du pétrole jusqu’à mi-février. L’instabilité des marchés boursiers depuis cette période continue à influencer l’évolution des cours du pétrole. Hausse attendue des taux d’intérêt, endettement des États, réforme fiscale américaine, guerre commerciale déclenchée par les États-Unis sont autant de sujets qui inquiètent les places boursières.

 

Lire la suite > Télécharger l'étude (PDF - 440 Ko)

 

Guy Maisonnier - guy.maisonnier@ifpen.fr