23.09.2019

2 minutes of reading

FacebookTwitterLinkedInPrint

IFPEN vient de réaliser une étude pour l’AFG et l’AFGNV afin de comparer l’impact sur le réchauffement climatique des véhicules fonctionnant au GNV (gaz naturel pour véhicules) et bioGNV à celui des véhicules gazole, essence et électrique grâce à la méthodologie ACV.

L’ensemble des gaz à effet de serre émis lors de la fabrication des véhicules, de la production des carburants ainsi que de leur combustion sont pris en compte. Cette étude montre l’importance d’évaluer l’ensemble des émissions produites tout au long du cycle de vie des voitures particulières et des véhicules utilitaires légers et non pas uniquement au niveau du pot d’échappement.

À titre d’exemple, sur l’ensemble de sa vie, un véhicule léger de moyenne gamme, un petit utilitaire ou un camion de livraison consommant du bioGNV impacte moins le climat qu’un véhicule électrique alimenté avec une électricité faiblement carbonée représentative du mix énergétique français.

De plus, d’ici 2030, un véhicule hybride GNV non rechargeable fonctionnant avec 60 % de GNV et 40 % de bioGNV aurait un impact climatique équivalent à celui d’un véhicule électrique.
 

Picto PDF Retrouvez l'intégralité de l'étude (PDF - 2,2 Mo)

>> Retrouvez tous les travaux d'IFPEN dans le domaine des ACV.